Lire sa Bible, un défi quotidien #73

Qui n’a jamais passé une journée sans ouvrir sa Bible? Certains diront peut-être qu’ils ne sont pas concernés par cela, et c’est tant mieux. C’est une grâce de s’astreindre à un tel rendez-vous quotidien. Cependant, si tu es comme moi, je crois qu’il t’arrive d’avoir des moments moins bien remplis par la lecture de la Parole de Dieu, en tout cas pas comme tu aimerais. J’ai toujours le sentiment qu’un véritable moment dans la Parole de Dieu c’est au minimum 30 minutes. Et qu’en réalité, si je me contente de lire rapidement ma Bible ce n’est pas suffisant. Ce n’est qu’une impression personnelle. Il paraît que je suis parfois trop exigeante envers moi-même. Je me soigne de ce mal, encore plus depuis ces 2 dernières années. J’apprends à considérer les circonstances avec un peu plus de légèreté.

J’ai lu quelque par que Saint Jérôme qui était un moine traducteur de Bible a écrit :

“L’ignorance de l’Ecriture, c’est l’ignorance du Christ”

En effet, ignorer les Écritures c’est ignorer le Christ dans le sens où c’est à travers la lecture et la médiation de la Parole de Dieu que nous entrons en communion avec lui. C’est à travers elle que nous dialoguons avec lui. Car le contraire de l’amour ne serait pas la haine, mais plutôt l’ignorance. Ma question est donc la suivante : est-ce que tu aimes assez le Christ pour te plonger chaque jour un petit peu plus dans sa Parole? Si ta réponse est OUI, c’est tant mieux car Dieu veut que sa Parole demeure en nous et qu’elle nous fasse vivre. Elle nous permet de croître dans notre vie de prière.

L’Eglise considère la Lectio Divina (Lecture de la Parole de Dieu) comme une manducation, c’est-à-dire une consommation et “rumination” spirituelle. Oui, tu as bien lu “rumination” du verbe ruminer, qui veut dire d’après le Larousse ramener les aliments de l’estomac dans la bouche pour les mâcher ou encore tourner et retourner quelque chose dans son esprit. C’est ainsi qu’on peut donc lire dans le livre du prophète Ezéchiel ce qui suit :

“Il me dit : “Fils d’homme, ce qui t’est présenté, mange-le ; mange ce volume et va parler à la maison d’Israël.” J’ouvris la bouche et il me fit manger ce volume, puis il me dit: “Fils d’homme, nourris-toi et rassasie-toi de ce volume que je te donne.” Je le mangeai et, dans ma bouche, il fut doux comme du miel.”

C’est donc là la secret d’une connaissance profonde de notre Seigneur. On ne peut en effet pas choisir de l’aimer chaque jour sans le connaître. Et pour le connaître, il faut le rencontrer dans sa Parole. Car celui qui aime le Christ doit garder ses Paroles près de son cœur. Si nous commençons par considérer ces moments non comme des astreintes mais des temps de qualité, une rencontre amoureuse avec notre bien-aimé, nous pourrions considérablement améliorer le temps à passer ensemble pour ruminer la Parole de Dieu avec joie.

La Parole de Dieu nourrit notre vie de prière, ainsi que notre vie spirituelle. Elle nous aide dans toutes les formes de discernement, pour transmettre la foi à travers la prédication, pour éclairer notre vie morale et nous communiquer la sainteté, pour nourrir notre vie théologale de foi, d’espérance et de charité, pour nous fortifier et nous rendre victorieux dans le combat spirituel. C’est avec ces quelques mots écrits par le frère de la communauté catholique des Béatitudes à propos de la Lectio Divina que je vous laisse découvrir dans cette vidéo comment est-ce que je m’organise pour passer du temps près du Seigneur dans sa Parole.

Grâce-No.


Photo by Canva.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
%d blogueurs aiment cette page :