Quel sens donnes-tu à la prière? #14

Hi !

🙂 …

Je suis toujours tellement heureuse de t’adresser quelques mots depuis que cette aventure est née dans mon cœur, et qu’elle a pris forme. Je reviens donc te parler de la prière. J’avais déjà évoqué [dans cet article] ce qu’elle représentait pour nous, en tant que croyants chrétiens.

cross-364677_1920
Crédit photo. Internet. Pixabay

J’ai eu quelques interrogations quand au fait de savoir ce que voulait dire prier Dieu. Je vois surtout à travers ce questionnement la recherche de se rapprocher du Créateur et la soif d’en apprendre un peu plus sur Lui, et finalement, de savoir et pouvoir expliquer en quoi la prière c’est notre relation à Dieu. Souvent, lorsqu’on me pose ce genres de questions, je demande aux personnes si elles fréquentent une communauté de croyants, ou ce que d’autres appellent une église locale, ou encore paroisse.

Pourquoi ? Parce que tout simplement, on ne peut pas être chrétien tout seul [mon avis sur la question à lire ici]. C’est très important de s’entourer de personnes qui ont le même but que nous, c’est-à-dire la recherche de Dieu. Et si notre inquiétude principale c’est la prière, j’exhorte fortement ces personnes à prier en communauté parce que la prière communautaire est d’une telle force qu’elle nous aide à grandir dans la foi et nous aide à nous enraciner dans notre prière personnelle. Tout seul, on ne fait pas Église puisque nous sommes tous les membres d’un seul corps. Nous avons donc besoin des autres membres pour user pleinement de toutes nos capacités pour servir le Seigneur. Cela m’emmène donc à m’interroger sur le sens de la prière.

freely-10139
Crédit photo. Internet. Pixabay

Accueillir la prière…

C’est quoi la prière ? Cette chose abstraite, si mystérieuse, et dont l’évocation fait parfois peur à ceux qui « ne prient pas » le Dieu Vivant de nos pères dans la foi, Abraham, Isaac, Jacob, Moïse, le Dieu qui s’est fait Homme pour vivre notre condition humaine et s’est donné en ultime sacrifice pour notre rédemption.

« Notre cœur est le centre de notre être, que seul l’Esprit de Dieu peut sonder. C’est là que nous choisissons la vie ou la mort. » (Proverbe 4 :23)

Saint Thérèse de l’enfant Jésus définissait la prière comme étant un élan du cœur, un simple regard jeté vers le ciel, un cri de reconnaissance et d’amour au sein de l’épreuve comme au sein de la joie. Autrement dit, la prière ne dépend donc pas des circonstances car elle est selon-moi, un dialogue permanent et continuel avec Dieu.  Prier c’est donc tout simplement parler à Dieu dans le langage qu’est le sien. Mais quel est-il donc ce langage Divin ? Là est toute la question, car nous avons tous, individuellement une expérience personnelle et unique avec Lui hormis l’expérience communautaire, et ce sont ces expériences personnelles qui nourrissent l’expérience communautaire de la  prière. Mais Dieu, dans sa grande bonté, nous a donné les clés pour communiquer avec Lui.

Dans mon parcours de foi, je dois admettre que j’ai mis longtemps avant de véritablement intégrer cette vérité dans mon cœur. On pense toujours, à tort que la prière c’est abreuver le Seigneur de paroles, de demander l’exaucement des désirs de notre cœur comme si Dieu était à notre service, tout comme il nous suffit parfois de taper une requête sur un moteur de recherche pour trouver des réponses à celle-ci. J’ai tellement souvent fonctionné ainsi qu’à un moment donné, je me suis éloignée de Dieu, ou du moins je n’arrivais plus à prier, et donc à Lui parler simplement. J’avais honte de le faire parce que j’avais pris conscience de l’égoïsme profond dont étaient empreintes mes prières, alors je prétextais que le Seigneur connaît très bien les désirs de mon cœur et que je n’ai pas besoin de les lui rabâcher pour obtenir l’exaucement. Très bel tentative de défilement j’avoue 🙂

pray-1209235_1280
Crédit photo. Internet Pixabay

Puis il a commencé à me transformer, et j’ai appris que le dialogue, et donc la prière ne devrait aucunement dépendre des circonstances. L’Apôtre Paul dit d’ailleurs quelque chose d’intéressant dans ce sens là qui me touche énormément et m’enseigne beaucoup, c’est dans (Philippiens 4 ; 4-7) lorsqu’il dit : « Réjouissez-vous sans cesse dans le Seigneur, je le dis encore, réjouissez-vous. Que votre modération soir connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. N’entretenez aucun souci ; mais en tout besoin recourez à l’oraison et à la prière, pénétrées d’action de grâces, pour présenter vos requêtes à Dieu. Alors la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, prendra sous sa garde vos cœurs et vos pensées, dans le Christ Jésus. », et, plus loin il ajoute, (Pilippiens 4 ; 11-12) : « Ce n’est pas mon dénuement qui m’inspire ces paroles ; j’ai appris en effet à me suffire en toute occasion. Je sais me priver comme je sais être alaise. En tout temps et de toutes manières, je me suis initié à la satiété comme à la faim, à l’abondance comme au dénuement. Je puis tout en Celui qui me rend fort. » Notre communication à Dieu doit donc demeurer constante. Si nous ne communiquons pas, comment voulons-nous apprendre à le connaître ? Lui, Il nous connaît bien avant que nous ne soyons formés dans le sein de notre mère. Mais, comme dans toute relation, un dialogue constructif nécessite une certaine disposition de cœur, et c’est là que nous arrivons au plus important, c’est-à-dire à ce qu’est véritablement notre relation à Dieu.

Je Te reçois et je me donne à Toi!

Wahou ! Cette phrase, c’est ce qu’elle m’inspire. On l’évoque souvent dans les célébrations de mariages autant que je me souvienne. Dans l’union conjugale, les époux se donnent, et se reçoivent. N’est-ce pas magnifique ? Et, c’est justement cela avec Dieu. Nous le recevons, et nous nous donnons également. Qu’est-ce que cela implique donc que de se disposer dans son cœur ?

Être disposé dans son cœur, c’est accepter de faire la volonté de Dieu. Il ne nous impose rien, car nous sommes libres de répondre favorable ou non à son appel. De notre cœur jaillit notre vie. S’il est loin de Dieu, notre prière est vaine et ne parvient pas à Lui. Notre relation s’en trouve ainsi quelque peu altérée.C’est donc toute la communication qui est brouillée. Une communication brouillée comporte ce qu’on appelle du bruit. Le péché c’est le bruit qui nous empêche d’être en communion avec Dieu.

As-tu déjà discuté avec quelqu’un qui te donne l’impression de t’écouter, mais qui en fait ne t’écoute pas véritablement parce que ses pensées son ailleurs ? Sais-tu à quel point c’est frustrant, surtout lorsqu’on veut communiquer quelque chose d’important et surtout si cette chose nous tient à cœur ? C’est ce que nous faisons tout le temps avec Dieu. La communication c’est un échange réciproque, et non à sens unique. Ce que nous faisons, c’est avoir le cœur loin de Lui, et faire comme si nous priions vraiment et ensuite nous nous plaignons qu’Il s’est éloigné de nous alors que c’est nous qui avons d’autres préoccupations que de faire sa volonté. Ces préoccupations ont donc brouillé la communication entre nous. Nous sommes tellement plus souvent intéressés par les choses de ce monde et nous prétendons entretenir une relation avec Dieu. Nous disons que nous prions et pourtant notre cœur est loin de Lui.

Comment faire alors pour améliorer notre communication avec le Seigneur ?

J’ai des idées, des méthodes, inspirées de mon parcours personnel. Mais je te rassure qu’il n y a rien de nouveau que l’Église n’enseigne pas déjà quant à la pratique de la prière. Toutefois, chaque relation étant différente, tu dois apprendre quel est le langage dans lequel il te faut communiquer avec Dieu et comment ? Ces réponses tu les trouveras dans ton parcours de foi. Quant à moi, je te livrerais très certainement quelques points dans un autre article. En attendant, je t’exhorte fortement à t’interroger sur le sens et la dimension que tu donnes à la prière dans ta vie de foi.

Sois-béni et encouragé !

Une passionnée de Dieu.


Image à la Une. Crédit photo. Internet Pixabay
Rendez-vous sur Hellocoton !

J’encourage les femmes à s’épanouir humainement et spirituellement. Je les invite à prendre soin d’elles à travers toutes les dimensions de leur personne.
Ma passion c’est de les aider à entrer dans leur leadership féminin pour devenir des femmes chrétiennes authentiques et avoir de l’impact dans leur environnement.

Laisser un commentaire

Close
%d blogueurs aiment cette page :