Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Puis-je être chrétien tout seul? #4

Puis-je être chrétien tout seul ?

C’est la question que j’ai décidé de me poser dans cet article. Dans mon entourage, c’est un sujet qu’il m’est très souvent donné d’aborder. Il faut dire que je n’ai pas que des amis et des connaissances profondément ancrés dans la foi. Ce qui les a toujours surpris c’est d’ailleurs le fait qu’ils connaissaient les situations difficiles que je j’ai pu traverser à certains moments de ma vie. Alors les questions qu’ils me posaient régulièrement lorsqu’on abordait le sujet de la foi était de savoir; comment je faisais pour garder la foi malgré tout ? Est-ce que je ne trouvais pas Dieu injuste parfois envers moi ? Comment se faisait-il que je continuais de croire en Lui alors que ma vie était un tel fournier ? Pourquoi Dieu ne m’accordait-il pas ce à quoi j’aspirais alors que je priais ? Etc.

Pour une partie d’entre eux, ceux qui se disent chrétiens, prier chez soi était déjà largement suffisant pour vivre leur foi. Mais finalement, c’est quoi être chrétien? Est-ce le fait d’avoir reçu le baptême? La première communion? La confirmation? Être né dans une famille chrétienne? Lire la Bible? Aller à la Messe? Etc. Moi je dirai qu’en partie, on peut effectivement se déclarer chrétien en tenant compte de tous ces éléments, mais cela ne suffit guère. Pour moi, ceux qui s’en contentent sont ce que j’appelle, des chrétiens « chrétiennement corrects ». D’autres les  qualifieraient de chrétiens religieux ou encore de religieux, mais pas de chrétiens.

Pour ces chrétiens « chrétiennement corrects »,  il n’est nullement besoin de fréquenter une assemblée pour se sentir chrétiens parce que leur prière «solitaire» est largement suffisante pour vivre leur foi ou leur relation avec Dieu. Ainsi, les questions qui me reviennent souvent sont entre autres ; est-ce utile de fréquenter un groupe de prière ? De s’engager dans une communauté de fidèles ? De se rendre à la Messe ou aux offices régulièrement ? Etc. Je vais donc essayer de donner assez rapidement et succinctement mon point de vue sur cette question, en partant de mon expérience et de mon vécu, mais aussi de l’enseignement de l’Eglise.

« L’Église » c’est le peuple que Dieu rassemble. C’est donc une assemblée ou communauté locale, ou encore universelle de croyants. Cette Église vit du corps du Christ et de sa Parole et devient par là même, le Corps du Christ. Je vous suggère partant de cette définition de vous examiner et voir à quel moment faites-vous Église lorsque vous êtes tout seul à prétendre pratiquer votre foi sous prétexte que Dieu voit le cœur de tout homme et que ce qui importe c’est l’intimité que vous développez avec Lui. Toutefois, s’agissant de l’intimité, je vous l’accorde, mais quant au fait de faire Église, vous n’y êtes pas du tout. Vous l’aurez donc compris, je ne suis pas partisane de la chrétienneté qui se vit tout seul.

« Tous les croyants ensemble mettaient tout en commun ; ils vendaient leurs propriétés et leurs biens et en partageaient le prix entre tous selon les besoins de chacun. Jour après jour, d’un seul cœur, ils fréquentaient assidûment le Temple et rompaient le pain dans leurs maisons, prenant leur nourriture avec allégresse et simplicité de cœur. Ils louaient Dieu et avaient la faveur de tout le peuple. Et chaque jour, le Seigneur adjoignait à la communauté ceux qui seraient sauvés. (Actes 2 :44-47)

Nous sommes par le baptême, membres d’un seul corps. Alors si vous confessez que Jésus est Seigneur et que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, vous faites donc partie de ce corps qu’est l’Église.  Lorsque nous lisons (Actes 2 :44-47), ci-dessus, nous voyons très bien que les premiers chrétiens avaient déjà intégré cette notion de faire Église, instituée par le Christ Lui-même. Avez-vous déjà vu un bras se détacher de son corps pour accomplir une tâche sans le reste de son corps ? Le bras n’est rien sans le reste de son corps, tout comme un membre qui connaît ou qui a connu la corruption n’est pas utile au corps, mais l’handicape fortement. Nous sommes semblables au membre corrompu lorsque nous nous éloignons de la communauté des enfants de Dieu. Animé par l’égoïsme de notre nature humaine, nous voulons Dieu pour nous tout seul. Mais cela ne se peut pas. Tout seul, l’Eglise n’existe pas! Nous ne sommes donc pas des chrétiens lorsque nous affirmons que nous prions et que nous n’avons pas besoins du corps dans son unité manifestée grâce à l’effusion de l’Esprit Saint.

54391d8b4fdde0354eb94f3f63d329a9
Crédit photo. Google images

«Dieu a crée le monde en vue de la communion à sa vie divine, communion qui se réalise par la  »convocation » des hommes dans le Christ, et cette  »convocation », c’est l’Eglise.» (CEC, 1999, Pocket, p. 198)

Personnellement, il m’est arrivé, comme tout chrétien sujet au combat spirituel, de m’éloigner de l’Église. Non pas parce que je n’avais plus foi en Dieu, mais parce que je traversais ce que j’ai moi-même qualifié de crises de foi et de désert spirituel. Je gardais espoir au fond de moi que s’il fallait passer par certaines étapes, j’en sortirais pas la grâce de Dieu. Je ne sais pas d’où me venait une telle conviction. J’ose croire cependant que c’est l’Esprit de Dieu qui me gardait ainsi en alerte. Durant ces moments, je me répétais sans cesse que Jésus avait bien passé 40 jours au désert et que si Lui, le fils de Dieu avait connu le désert, pourquoi en serais-je épargnée? La conséquence immédiate de ces moments a évidemment été que je n’allais plus à la Messe le dimanche ou en semaine, je ne fréquentais plus les différents offices, je me refusais même de prier, et donc d’entrer dans l’intimité avec le Seigneur. J’étais en colère, tellement en colère comme une enfant qui boude avec ses parents, même si c’est lui qui a fait une bêtise. Il trouve quand même la force de se mettre en colère contre ses parents pour se donner bonne conscience et faire passer ses parents pour les méchants. Ne lit-on pas d’ailleurs dans le livre des Proverbes que ; « Qui épargne la baguette hait son fils, qui l’aime prodigue le châtiment. » (Proverbes : 13 :24). Pour moi, il était inconcevable que ces moments persistent. Dieu n’était-il pas Dieu pour m’en sortir? Pourquoi me laissait-il errer ainsi? Eh bien vous voyez, c’était mon intelligence qui s’interrogeait, mais pas mon coeur. C’est ce qui arrive à la plupart des chrétiens lorsqu’ils sont éprouvés.

Cependant, après avoir longtemps erré ainsi, en étant devenue une chrétienne d’apparence, qui fait les choses par habitude (prières en communauté, engagement au sein de l’église, Messe le dimanche et/ou en semaine, etc.), j’ai très vite ressentie le vide dans mon cœur et mon âme et la douleur que cela me causait. Je vous assure que c’est une expérience que je ne souhaiterais à personne. Après avoir vécu l’expérience de conversion qu’était la mienne durant mon adolescence, me sentir loin du regard de Dieu quelques années plus tard a été jusqu’à présent la pire expérience que j’ai pu vivre de toute ma vie. Aujourd’hui je peux le dire et l’affirmer sans sourciller. Les expériences négatives que j’aies pu vivre en pensant être au fond du trou ne représentaient rien par rapport à la douleur causée par le fait que mon cœur et mon âme étaient en souffrance et que je m’étais éloignée de Lui. Le chemin de la restauration a été long, et j’ai même fait l’expérience de la dépression et des visites régulières chez un psychanalyste. Il y avait des moments où je revenais vers le Père, et des moments où je quittais à nouveau sa présence. Cette étape de ma vie constitue aujourd’hui un trésor pour moi car j’ai appris de mes choix, j’ai grandit, et surtout, j’ai su voir à travers toutes les personnes rencontrées, les expériences vécues, l’agir de Dieu, son Amour pour moi, sa patiente. Mais surtout ses bras toujours tendus, qui m’attendaient sans jamais désespérer qu’un jour je me rendrais compte par la grâce qui m’a été donnée, de reconnaître que ma vie sans Lui n’a aucun sens, aucune saveur et que je suis plus heureuse et plus épanouie lorsque je me tiens en présence de mon Père.

Je ne suis pas quelqu’un qui se livre beaucoup, mais je sais aussi que c’est nécessaire pour le témoignage et l’édification. Alors pour être directe, je le dis à ceux qui me posent des questions sur mon cheminement personnel qu’on ne peut pas être chrétien tout seul. Je le redis, ON NE PEUT PAS ÊTRE CHRÉTIEN TOUT SEUL! Lorsque je dis que j’étais devenue une chrétienne d’apparence, c’est tout simplement parce que dans mon combat spirituel, j’avais décidé de ne pas arrêter complètement de fréquenter l’église. Les moments où je m’y refusais ne duraient pas longtemps, alors je me forçais. J’avais le sentiment d’accomplir une simple formalité et durant ces moments, j’étais une chrétienne religieuse, tout simplement. Nous sommes souvent nombreux ainsi dans les églises, où nous n’accordons pas d’attention aux autres, où nous ne voyons pas que certains de nos frères et sœurs en Christ sont en souffrance et ont besoin d’un regard d’amour de notre part.

OUI, il est important de se mettre au service de l’Église parce que c’est au Service du Seigneur qu’on se met, l’Église étant le Corps du Christ. OUI, il est important et nécessaire de développer une intimité avec le Seigneur par une vie de prière personnelle. OUI, il est nécessaire de pratiquer des actes de charité, de piété pour mettre sa foi en action. OUI, il est nécessaire de lire sa Bible car c’est une nourriture spirituelle pour notre âme ; « Ce n’est pas de pain seul que vivra l’homme, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » (Matthieu 4 :4).

Alors aujourd’hui, j’aimerais te dire, à toi qui me lis, que si tu es seul, et que tu as envie de grandir dans ta foi, rapproches-toi d’un groupe de prière, d’une église, d’une communauté, où tu trouveras des personnes comme toi, qui s’occupent des affaires de Dieu. Je t’assure qu’il ne sert à rien de continuer à être hésitant et de prétendre que tu es timide. Dieu ne nous a pas donné un Esprit de timidité. Alors je prie que tu trouves un endroit où tu te sentiras bien, en confiance et libre de servir le Seigneur, entouré de frères et sœurs en Christ qui t’aimeront de l’amour de Dieu.

Sois-béni!

Une passionnée de Dieu.


Image à la Une. Crédit photo. Internet Pixabay
Références bibliques. La Bible de Jérusalem, Cerf.
CECE (Catéchisme de l’Eglise Catholique)
Rendez-vous sur Hellocoton !

J’encourage les femmes à s’épanouir humainement et spirituellement. Je les invite à prendre soin d’elles à travers toutes les dimensions de leur personne.
Ma passion c’est de les aider à entrer dans leur leadership féminin pour devenir des femmes chrétiennes authentiques et avoir de l’impact dans leur environnement.

One Reply to “Puis-je être chrétien tout seul? #4”

  1. […] pour vivre et grandir autant humainement que spirituellement. Cela fait échos d’ailleurs à un article que j’avais écrit sur le fait d’être chrétien tout seul. Certaines personnes aiment se convaincre qu’on peut vivre sa foi, enfermé entre 4 murs, […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
%d blogueurs aiment cette page :