Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Chrétiens missionnaires #2

Hello!

Sais-tu que…

Lorsqu’on parle de Dieu autour de nous, ou que les gens découvrent que nous sommes chrétiens, ils ont souvent l’air interloqué et stupéfait. Dans la société contemporaine, il est devenu exceptionnel d’exprimer ouvertement sa foi en Christ, qui plus est si l’on est jeune. Il semblerait que la croyance en un Dieu soit devenue ringarde et dépassée. Et, il fait plutôt bon de dire qu’on est athée ou agnostique afin de pouvoir entrer dans le moule sociale qui nous confère un sentiment de normalité parce que nos opinions sont partagées par une « majorité ». Quoi qu’il en soit, encore plus aujourd’hui qu’hier, il devient nécessaire pour nous de nous affirmer dans nos opinions, notre foi dans le Christ Jésus et surtout d’impacter ce monde positivement à travers nos actes, notre manière de vivre, etc. C’est du moins ce que je crois et c’est ce que j’appelle, moi, le témoignage de vie. Alors nous devons garder en mémoire que nous ne sommes pas de ce monde, mais que nous sommes citoyens du Royaume des cieux. Ici, sur terre, nous sommes de passage et notre vocation première c’est d’être des missionnaires pour le Christ.

La Bible déclare; « De même, en effet, que le corps est un, tout en ayant plusieurs membres et que tous les membres du corps, en dépit de leur pluralité, ne forment qu’un seul corps ».  (1 Corinthiens 12 :12) En d’autres termes, nous formons tous un seul corps et chacun a été placé selon les besoins de la mission pour le Royaume. En tant que chrétiens, nous avons été baptisés comme un seul corps, « Mais, de fait, Dieu a placé les membres, et chacun d’eux dans le corps, selon qu’il a voulu. » (1 Corinthiens 12 :18) Toutefois, une question se pose toujours dans notre cheminement avec Dieu ! Comment accomplir sa mission? Comment entrer dans sa destinée? Comment reconnaître et répondre à son appel? De quelle mission parlons-nous ? De quel appel parlons-nous? De quelle destinée parlons-nous? Comment finalement, jouer son rôle en tant que membre du corps du Christ? Comment rester attaché au Seigneur dans un monde fait d’injonctions, où tout va tellement vite, où l’on peut facilement se perdre, même en tant que chrétien? Comment demeurer dans la fidélité au Seigneur quand le monde nous enjoints à vivre selon ses codes ? Les questions peuvent se poser encore et encore. Mais en fait, la réponse nous l’avons déjà, mais nous nous y refusons à cause des désirs de notre cœur. En effet, lorsque Jésus nous dit qu’il est le chemin, la vérité, et la vie, il a déjà tout dit. C’est là, la réponse à toutes nos interrogations.

Toutefois, une chose apparaît cependant de façon évidente, on ne peut être missionnaire ou du moins accepter de vivre sa mission si on ne sait pas en quoi cela consiste. Si on n’a pas reçu sa fiche de mission pour être sûre de comprendre les besoins de l’employeur. Ici en l’occurrence l’employeur c’est Dieu, que nous confessons dans le Christ Jésus. Ici, sur terre, il nous a missionné pour ramener à lui le plus grand nombre. Comment vivre alors en adéquation avec cette réalité céleste et notre vie terrestre ? Ce que nous devons comprendre c’est que le monde, ou encore notre vie terrestre n’est que la partie immergée de l’iceberg dans le mystère de la création. Je m’explique. Je crois en effet en l’existence d’un monde spirituel. Être croyant, c’est avoir la conviction que des forces spirituelles sont à l’œuvre dans notre monde et que celui-ci ne saurait se limiter à l’expérience sensorielle que nous en avons. Le point central de notre mission se situe donc à ce niveau. Autrement dit, celle-ci doit s’accomplir durant notre vie terrestre, en vue de notre vie spirituelle éternelle. Durant notre vie terrestre, notre être spirituel est continuellement aux prises avec notre nature charnelle. Pour remplir notre mission, il faut donc pouvoir s’accorder tant d’un point de vue charnel que spirituel. Le charnel étant se qui se donne à voir. C’est à travers lui que notre nature spirituelle doit transparaître au monde afin d’entrer dans le plein accomplissement de notre mission.

Notre nature humaine et charnelle est celle qui est en action et qui doit laisser transparaître notre nature spirituelle. Et, tout au long de notre vie terrestre, il y a ce va et vient sans cesse permanent entre les deux. Notre nature spirituelle est reliée à Dieu selon moi, alors que notre nature charnelle se rattache aux choses de ce monde. Par le baptême, nous sommes passés de créatures de Dieu, à enfants de Dieu et c’est désormais l’Esprit de Dieu qui habite en nous. Vous voyez donc, nous parlons d’esprit. C’est l’esprit qui nous donne à nous mouvoir. C’est pour cela que je parlais précédemment du témoignage de vie. Nos vies, en tant que chrétiens doivent révéler au monde la nature de Dieu qui habite en nous.

« Même si nous avons connu le Christ selon la chair, maintenant ce n’est plus ainsi que nous le connaissons. Si donc quelqu’un est dans le Christ, c’est une création nouvelle : l’être ancien a disparu, un être nouveau est là. Et le tout vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec Lui par le Christ et nous a confié le ministère de la réconciliation. » (2 Corinthiens 5 :16-18)

Pour ce faire, la Bible est notre meilleur allié. Oui, encore et toujours. Nous ne pourrions nous en défaire. « Que le livre de cette Loi soit toujours sur très lèvres : médites-le jour et nuit afin de veiller à agir selon tout ce qui y est écrit. C’est alors que tu seras heureux dans tes entreprises et réussiras. » (Josués 1 :8) Ceci est le commandement que le Seigneur fait à Josué qui doit conduire Israël sur la terre promise. Celui-ci est accompagné d’une justification et d’une promesse. Pourquoi Josué doit-il méditer le livre de la Loi de jour comme de nuit? Tout simplement parce que cela le fortifiera davantage et consolidera sa fidélité au Seigneur, afin qu’il puisse entrer dans la promesse. En méditant le livre de la Loi, il veillera à agir selon les commandements. Ce n’est que par son obéissance à la parole qu’il sera heureux et réussira dans ses entreprises et c’est là, la promesse de Yahvé.

En tant que Chrétiens nés de nouveau c’est-à-dire baptisés dans le Saint-Esprit et le feu comme le déclare Jean-Baptiste dans l’évangile de Matthieu – « Pour moi, je vous baptise dans de l’eau en vue du repentir ; mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, dont je ne suis pas digne d’enlever les sandales ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. » (Matthieu 3 :11) – nous avons donc déjà à disposition tout ce qu’il nous faut. Nous avons tout reçu par la grâce, mais nous devons nous y ouvrir pour l’accueillir. Nous sommes d’abord des créatures de Dieu. Cependant, nous ne devenons enfants de Dieu que lorsque par le baptême, nous recevons le Christ comme Seigneur et sauveur dans nos vies ; « En effet, si tes lèvres confessent que Jésus est Seigneur et si ton cœur croit que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. » (Romains 10 :9). Les bases sont ainsi posées. Nous sommes enfants de Dieu, plus aucun doute là-dessus. Lorsque Jésus s’en est allé au ciel, il a toutefois promis de nous envoyer une force qui ferait de nous des témoins jusqu’aux extrémités de la terre  car il savait qu’il nous faudrait bien plus que le baptême de Jean Baptiste pour remplir notre mission; «Mais vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre »  (Actes 1 :8) Il s’agissait donc de l’Esprit Saint par lequel nous devons être baptisés pour entrer dans le plan de Dieu, à savoir témoigner à toute la terre que Jésus est Seigneur et donc être missionnaires du Royaume ; « Jean lui a baptisé de l’eau, mais vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés. » (Actes 1 :5).

Nous voyons ainsi que le plan de Dieu pour nous est d’abord que nous soyons des témoins de la résurrection du Christ. L’enseignement est clair, alors nous ne pouvons pas, ou du moins il ne sert à rien de sauter les étapes. Nous avons été crée pour rendre continuellement gloire à Dieu en réponse à son amour pour nous. Toutes les autres choses auxquelles nous aspirons durant notre vie terrestre ne sont pas pour autant mauvaises. Bien au contraire, elles ont été créées pour nous, afin que Dieu soit glorifié en elles, «Or votre Père céleste sait que vous avez besoin de tout cela. Cherchez d’abord le Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît ». (Matthieu 6 :32-33). Nous n’avons donc plus à nous inquiéter pour ce que nous possédons déjà. Nous n’avons donc plus à promener des regards inquiets puisque tout nous a déjà été donné bien avant même que nous ne le demandions. Non pas selon nos désirs, mais par la volonté de Dieu qui sait ce qui est bon pour nous et qui nous donne en temps et en heure.

En tant que missionnaires, nous devons donc prier et faire l’expérience de la vie communautaire. Oui, encore et toujours la prière. Avez-vous pensé que nous pouvions faire l’impasse là-dessus ? Non ! Nous ne pouvons pas. Regardez, lisez et sentez la pratique des premiers missionnaires dans le livre des Actes des Apôtres. Il est dit qu’ils étaient assidus à la prière (Actes 1 :14). C’est d’ailleurs dans cette pratique qu’ils ont reçu la force promise, l’Esprit Saint. C’est dans la prière unie et collective que Dieu a décidé de bénir son peuple par un baptême dans l’Esprit, les dotant ainsi des outils nécessaires pour pouvoir aller jusqu’aux extrémités de la terre pour témoigner. On peut voir en effet, à travers le don des langues que, c’est Dieu qui par l’Esprit donne à chacun de parler au cœur de l’homme dans une langue qu’il comprend (Actes 2).
Ce que nous devons surtout en retenir selon-moi, c’est que  la pratique de la prière est personnelle, mais aussi communautaire. J’entends souvent certains dire pour se donner bonne conscience qu’ils prient déjà chez eux, et qu’ils n’ont pas besoin de choisir une église. En réfléchissant ainsi, ils pensent se soustraire à tous les débats autour de l’appartenance communautaire. Quid du catholique, du protestant, de l’évangéliste, etc. ? Mais, laissez-moi vous dire que nous ne pouvons pas être chrétiens tout seul et encore moins témoigner du Christ tout seul puisque nous sommes les membres d’un seul corps. La main droite doit-elle ignorer ce que fait la main gauche ? Ou le pied droit ignorer ce que fait le pied gauche ?
Au risque de me répéter, je dirais tout simplement qu’il est important pour nous, si nous voulons vivre et partager notre foi en Christ de ne pas nous isoler. Nous devons nous intégrer dans une communauté, église, ou autres, appelez cela comme vous voulez. Je ne me permettrais pas d’imposer une quelconque communauté religieuse à qui que ce soit sous prétexte que ce soit «la meilleure». Jésus, repris par Jean déclare ; « Je vous donne un commandement nouveau : vous aimer les uns les autres ; comme je vous ai aimés, aimez-vous les un les autres. À ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » (Jean 13 :34-35). À travers l’engagement au sein d’une communauté de chrétiens, nous pourrons grandir et gagner en maturité dans notre foi. Tout comme il est nécessaire d’avoir une intimité avec Dieu dans la prière, il est tout aussi nécessaire de servir Dieu collectivement.

freely-10185-preview-1024x683
Crédit photo. Internet Pixabay

D’autre part, en tant que missionnaires, nous devons non seulement proclamer la parole de Dieu, mais aussi être à l’écoute de celle-ci. Nous devons enseigner et nous laisser enseigner. La proclamation de la parole de Dieu entraîne la conversion des cœurs.  Lorsque Pierre fit sa première prédication après l’effusion de l’Esprit Saint à la Pentecôte, tous ceux qui entendirent ses paroles furent touchés. Alors ils demandèrent à Pierre et aux apôtres quelle était la conduite à tenir. Il leur répondit qu’il fallait se repentir et se faire baptiser au nom de Jésus Christ pour la rémission de ses péchés afin de recevoir le don du Saint Esprit. S’étant fait baptisés, ils se montraient assidus à l’enseignement des apôtres. Pourquoi avons-nous besoin d’enseignement ? Tout simplement parce que nous avons à développer l’intelligence de notre foi.

« ‘’Comprends-tu donc ce que tu lis ? ‘’-‘’ Et comment le pourrais-je, dit-il si personne ne me guide ? ‘’ » (Actes 8 :30-31)

Par ailleurs, il est une chose tout aussi importante pour, la communion fraternelle et le partage. Ils ne peuvent être vécus si l’on est chrétien tout seul. Ce que j’appelle chrétien tout seul, c’est celui qui prétend pouvoir faire l’impasse sur la pratique de la foi en communauté comme évoqué plus haut. Si notre mission c’est de refléter la nature divine de Dieu, alors celle-ci nous enjoint de vivre la communion fraternelle et le partage comme le faisaient les premières communautés chrétiennes telle que décrit dans les Actes des Apôtres.

Enfin, nous pouvons également noter la louange à Dieu, pour nous, missionnaires. Il est fait mention également dans le récit des Actes des Apôtres, que, dans la communauté, les croyants demeuraient ensemble ; « Jour après jour, d’un seul cœur, ils fréquentaient assidûment le Temple et rompaient le pain dans leurs maisons, prenant leur nourriture avec allégresse et simplicité de cœur. Ils louaient Dieu et avaient la faveur de tout le peuple. » (Actes 4 :46-47)

Nous serions donc en mission!

Personne n’a jamais dit que ce serait facile. J’en suis sûre en ce qui me concerne.  Même Jésus n’a pas été épargné, Lui, le fils de Dieu. À plus forte raison nous, de simples humains. Dans ma marche avec le Seigneur et mon parcours de foi, je suis à même de comprendre aujourd’hui à quel point il peut parfois être difficile de trouver sa place et de faire la part des choses entre le monde et notre engagement de foi. Cependant, lorsqu’on connaît son identité en Christ, on reste attaché ou du moins on essaye de rester attaché par la grâce de celui qui est la source de notre vie et on marche à sa suite, même s’il nous faut affronter des déserts arides avant d’arriver à destination. Jésus n’a-t-il pas lui-même jeûné 40 jours au désert avant le début de son ministère public ? Pourquoi était-ce t-il nécessaire qu’il traversa le désert ? Pourquoi fallait-il qu’il se retira pour prier dans le désert alors qu’on peut prier partout et en tout temps ? Pourquoi fallait-il qu’il eut été tenté dans le désert ? Moi je reçois cela comme un enseignement du Christ, un appel à rencontrer Dieu plus intimement. C’est, ce à quoi doivent nous conduire les différentes épreuves auxquelles nous pouvons nous confronter dans notre marche avec le Seigneur. Alors soyons des missionnaires à l’image des premiers chrétiens, à l’image du Christ.

Une passionnée de Dieu.


Image à la Une. Crédit photo. Pascale Ariane L. @nehira13
Références bibliques. La Bible de Jérusalem, Cerf.
Rendez-vous sur Hellocoton !

J’encourage les femmes à s’épanouir humainement et spirituellement. Je les invite à prendre soin d’elles à travers toutes les dimensions de leur personne.
Ma passion c’est de les aider à entrer dans leur leadership féminin pour devenir des femmes chrétiennes authentiques et avoir de l’impact dans leur environnement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
%d blogueurs aiment cette page :